Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une fuite de butadiène a lieu dans une usine chimique. Celle-ci est provoquée par la rupture d’une tuyauterie de torche d’un rebouilleur de l’atelier butadiène. L’alerte gaz est immédiatement déclenchée ainsi que le POI. 7 t de butadiène s’échappent, un véhicule traverse la nappe sans que rien ne se passe : la saturation en butadiène est telle que le véhicule cale, faute d’oxygène. L’arrêt d’urgence de l’atelier est déclenché, le personnel met en sécurité ce dernier par dépressurisation à la torche des équipements. Le secteur est isolé, les moyens de secours de l’entreprise mettent immédiatement en place des rideaux d’eau autour de la fuite. La circulation des véhicules est arrêtée, le personnel est confiné. La ligne fuyarde est isolée au bout de 25 min, le POI est levé 10 min plus tard. On ne recense aucun blessé, les dégâts matériels sont peu importants. La colonne D51 de l’unité butadiène dispose de deux rebouilleurs et d’un ballon de reflux. En marche normale, un seul rebouilleur fonctionne. Le rebouilleur en cause n’était pas en service, ce dernier est relié à la colonne par une ligne sur laquelle est situé un piquage conduisant à sa soupape de sécurité. Cette ligne où aucun flux de produit ne circule, constitue un bras mort dans lequel s’est formé du polymère (développement de pop corn), l’accumulation de ce dernier a provoqué l’éclatement de la tuyauterie. A la suite de cet accident, du pop corn est découvert à 4 autres endroits, le bras mort incriminé est supprimé, la pente de la ligne est modifiée : elle est maintenant verticale pour éviter toute accumulation de pop corn. Une autre colonne est modifiée de la même façon, les deux autres ne pouvant être modifiées, seront soumises à une surveillance radiographique trimestrielle. Pour éviter toute entrée d’oxygène par les trous d’homme de la colonne D51, ceux-ci sont équipés de doubles portées platinées. L’espace compris entre ces platines est inerté. 8 trous d’homme sont traités ainsi. Avant remise en service, la colonne, les rebouilleurs et le ballon de reflux sont passivés pour supprimer tout point de rouille susceptible de favoriser la formation de pop corn. Le rebouilleur qui n’est pas en service est platiné et inerté. Un piquage est créé pour permettre l’injection d’un inhibiteur dans le circuit des 2 colonnes modifiées. Aucune influence n’a été notée quant au butadiène provenant d’autres sites du groupe.

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (78 Ko)