Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une distillerie, un bac de 5 000 m³ contenant 1 000 m³ d’éthanol à 96 % explose sur un impact de foudre puis s’enflamme. Le toit soulevé retombe dans le réservoir qui ne s’éventre pas, mais la vanne de pied de bac se fissure sous le choc. Un émulseur livré 2 h plus tard évite la propagation du feu à la cuvette de rétention de 1 000 m². L’incendie est éteint en 3 h et durant plus de 5 h les pompiers refroidiront 3 bacs voisins de 2 500 m³ soumis à la chaleur. Leur état sera contrôlé avant reprise de l’activité. Lors de l’intervention, 23 000 l d’émulseurs stockés sur le site et 7 000 m³ d’eau (refroidissement compris) ont été utilisés. Un exercice POI réalisé 2 mois plus tôt sur un scénario comparable impliquant l’un de ces bacs a facilité l’intervention.
Le préjudice est évalué à 30 MF (dont 2,5 MF d’alcool détruit et 3 MF d’émulseur). Les eaux d’extinction (1 500 m³) collectées dans des rétentions seront diluées dans une lagune. Un organisme tiers vérifiera les installations électriques du stockage. Les pare-flammes sur les évents et valves de respiration des bacs préconisés 18 mois plus tôt lors d’une étude des risques liés à la foudre n’étaient pas installés.
L’exploitant est mis en demeure d’installer ces dispositifs sous 1 mois. Un suivi journalier de la qualité de la nappe sera réalisé durant 7 jours, puis hebdomadairement pendant 3 semaines ; aucun impact sur la nappe ne sera détecté.

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (82 Ko)