Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 11 h, un des 4 volets d’un barrage sur la MEUSE s’affaisse brutalement. Le débit à l’aval de l’ouvrage n’est plus maîtrisé : une vague de 40 cm atteint le barrage à 4 km à l’aval. L’exploitant alerte les acteurs susceptibles d’être impactés. La navigation est interrompue sur le tronçon à l’amont du barrage concerné. Ce tronçon, de 5 km de long, se vide en 3h30. Les régulations des barrages amont et aval sont modifiées afin de limiter l’impact du phénomène.

L’ouvrage, de type barrage à bouchure gonflable, avait été mis en service en mars 2017, à la place d’un barrage à aiguilles. Celui-ci est relevé le jour même. Une surveillance permanente est mise en place durant les 36 premières heures de sa remise en service. La navigation, sur le tronçon à l’amont du barrage, reprend le 07/08/17. La retenue retrouve son niveau normal le 15/08/17.

La rupture d’une bouchure (cylindre gonflable placé sous le volet) est à l’origine de la chute du volet.  Une déchirure en « L » d’environ 1 m, s’arrêtant verticalement sur un joint, est découverte sur la bouchure n°2 du barrage. Selon l’exploitant, cette défaillance serait liée à la conjonction de 2 phénomènes ;

  • un défaut de fabrication localisé ;
    • manque d’adhérence entre les gommes extérieures et les nappes textiles centrales, sur une surface d’environ 80 cm de diamètre ;
    • défaut de surface, côté textile, et manque d’épaisseur de la gomme intérieure.
  • des conditions de fonctionnement inadaptées durant 18 mois induisant son vieillissement accéléré par fatigue ;
    • dans l’attente de l’achèvement des travaux, la bouchure est restée dégonflée sous eau, subissant ainsi des oscillations forcées ;
    • l’environnement hydraulique de l’installation a exposé la bouchure à un écoulement fortement turbulent et des courants transversaux.

L’oscillation, associée au manque d’adhérence local, a permis un mouvement relatif des couches de la bouchure (gomme / textile), provoquant son usure et sa rupture. Certaines membranes, qui auraient pu être sollicitées dans des conditions identiques, sont identifiées. Leur contrôle ne laisse apparaître aucun défaut. L’exploitant modifie le phasage de ses constructions d’ouvrage similaires afin de ne pas exposer les bouchures à des sollicitations anormales.

Une bouchure neuve est mise en place août 2017. L’exploitation normale du barrage reprend le 04/10/17.