Pollution
Humain
Environnement
Economique

En période de fortes chaleurs, 2 pertes d’alimentation électriques surviennent dans une raffinerie à une journée d’intervalle. Ces pertes d’alimentation entraînent l’arrêt de plusieurs équipements :

  • le 27/06 à 21h30, un disjoncteur d’une des 2 arrivées électriques principales 63 kV tombe en panne. Le transfert automatique vers l’autre arrivée principale d’une des trois sous-stations principales ne fonctionne pas, entraînant la perte d’un demi-jeu de barre haute tension et l’arrêt automatique des équipements alimentés par ce jeu de barres. L’envoi à la torche pour mise en sécurité est activé. La sous-station est réalimentée manuellement dans la nuit du 27/06, puis l’arrivée reconnectée dans la journée du 28/06 ;
  • le 28/06, un incident similaire se produit sur l’autre arrivée avec perte d’un disjoncteur et non-fonctionnement du transfert automatique de la même sous-station. Cet incident conduit à la mise en sécurité, avec recours à la torche, de toutes les unités de la raffinerie sauf l’unité de craquage catalytique (FCC) et les unités en aval, alimentées électriquement par la turbine à gaz du site.

Les émissions atmosphériques liées aux épisodes de torchage sont estimées par l’exploitant à :

  • pour la phase d’arrêt des unités (27/06 et 28/06) : 150 kg d’hydroxyde d’azote (NOx) et 460 kg de composés organiques volatils (COV). Il n’y a pas eu d’hydroxyde de soufre (SOx) émis car les gaz brûlés étaient traités pendant les phases de torchage, et pas d’émission de poussières (PM10) ;
  • pour la phase de redémarrage (débutés le 29/06 à 17h) : 170 kg de NOx et 530 kg de COV.

Les pertes électriques sont dues au dysfonctionnement des transformateurs de courant et combinés de mesures durant des épisodes de fortes chaleurs. De plus, le transfert automatique vers l’arrivée principale d’une des 3 sous-stations principales n’a pas fonctionné. Des avaries sur des combinés de mesure lors de fortes chaleurs sont déjà survenues sur des réseaux d’alimentation électriques d’industrie française (ARIA 47542, 49855 et 49964 : l’accumulation de condensation à l’intérieur de ces appareils lors de la diminution de la température ambiante avaient engendrée des défaillances.). L’exploitant indique en avoir pris connaissance et avoir réalisé une maintenance préventive en 2017 par une société spécialisée.

L’exploitant prend les mesures suivantes :

  • dépannage du transfert automatique de la sous-station une semaine après les événements ;
  • remplacement de plusieurs transformateurs de courant et combinés de mesures.