Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un dimanche vers 5 h, dans un centre de transit de déchets dangereux, un feu se déclare dans les rétentions du stockage extérieur de déchets combustibles (chiffons souillés, emballages vides, peintures) et d’acides (acide chromique, brai de houille et carbure graphite) sur 500 m². Des voisins donnent l’alerte après avoir aperçu des flammes. Un panache de fumées se dégage. Les pompiers éteignent l’incendie vers 7h30 au moyen de 5 lances à eau. L’astreinte de l’exploitant n’est contactée que 30 minutes après l’arrivée des secours, le numéro de téléphone à joindre n’étant pas facilement trouvable (affiché sur un portillon éloigné du portail d’accès pompiers).

La propagation aux bâtiments de bureaux est évitée. Les eaux d’extinction et résidus de déchets dangereux sont contenus dans les rétentions. L’incendie impacte 20 000 l de produits chimiques. L’exploitant pompe le contenu des différentes rétentions (46 m³) et le stocke dans des containers (GRV) pour envoi en centre de traitement. Une société spécialisée vérifie l’intégrité des cuves de stockage. Une étude de dispersion du nuage de fumées et de ses conséquences est réalisée.

D’après l’exploitant, l’incendie se serait déclaré au niveau d’un stockage d’acide chromique de 3 m³ avant de se propager au stockage de déchets liquides basiques, malgré le muret de 50 cm séparant les 2 zones de stockage.

L’exploitant indique qu’il ne peut garantir la rigueur du tri assuré par ses clients (déchetteries et industriels producteurs des déchets). L’incendie pourrait ainsi être lié à un mélange de déchets incompatibles dans des emballages. Par ailleurs, les pompiers ont trouvé le portail d’accès au site non verrouillé lors de leur arrivée sur les lieux.

Suite à l’accident, l’exploitant :

  • décide de modifier régulièrement le code du portail ainsi que lorsque qu’un salarié quitte définitivement l’entreprise ;
  • complète sa procédure incendie et ajoute une boite à destination des pompiers à l’entrée du site contenant les principales informations et directives à leur intention pour une intervention en cas de sinistre ;
  • rappelle aux producteurs de déchets la nécessité de séparer les déchets incompatibles ;
  • renforce ses contrôles à l’entrée.