Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un samedi vers 19h30, dans une usine d’incinération de déchets dangereux, des opérateurs constatent au cours d’une ronde un départ de feu dans une benne située au droit du broyeur à ferrailles, dans un bâtiment ouvert. Le broyeur contient 50 m³ de déchets métalliques imbibés de solvants et peintures. Le feu se propage à la bande transporteuse. Des fumées noires se dégagent et sont visibles 5 km à la ronde. Les opérateurs attaquent le feu à l’aide de 2 lances à mousse. Les secours prennent le relai et mettent en place une lance à balayage automatique. Une société spécialisée réalise des rondes de surveillance.

La bande transporteuse servant à amener les refus de ferrailles vers la benne est entièrement détruite. Des câbles électriques ont été endommagés. Les eaux d’extinction, confinées dans la rétention, sont traitées par incinération.

L’inspection des installations classées se rend sur place et constate la présence d’un stock très important de ferrailles broyées (1 500 m³, soit 11 790 tonnes, alors que la quantité maximale susceptible d’être stockée est de 500 tonnes). Les conséquences de l’incendie auraient pu être plus lourdes en cas de propagation à l’ensemble de cet entreposage. Un arrêté de mise en demeure est pris.

Par ailleurs, les détecteurs de flamme présents au niveau du broyeur n’ont pas fonctionné. L’exploitant doit améliorer la maintenance préventive de l’équipement. Plus globalement, il doit revoir la détection/extinction incendie au niveau de la zone du broyeur (nature des détecteurs, mise en place de sprinklage ou de RIA…).

L’exploitant doit revoir son étude de dangers et son POI en prenant en compte le retour d’expérience de l’événement.

Un incendie impliquant le broyage des déchets était déjà survenu sur le site un an auparavant (ARIA 51202).