Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une station d’épuration (STEP), un feu se déclare vers 15 h dans le local d’exploitation et de transformation électrique de l’unité de méthanisation des effluents industriels d’une usine de fabrication de plats cuisinés. L’alarme de détection de gaz s’est déclenchée à 15h10. Les pompiers maîtrisent l’incendie vers 18 h. Les zones touchées sont le local TGBT de la méthanisation, le laboratoire, les sanitaires, le local de stockage et le local d’échange thermique/fluidisation du méthaniseur. L’unité de traitement des effluents industriels par méthanisation est hors service.

Un arrêté de mesures d’urgence est pris le 20/06. Il rappelle à l’exploitant de la STEP son obligation de remettre un rapport d’accident et impose un suivi renforcé des effluents en amont et en aval de la station avant rejet dans l’HUISNE. Il précise les concentrations maximales à ne pas dépasser en l’absence du pré-traitement par le méthaniseur des rejets dans le cours d’eau (mode dégradé). Au delà d’un délai de 3 mois, l’exploitant devra de nouveau respecter les valeurs de rejet fixées antérieurement.

Les travaux sont entrepris pour relancer le plus rapidement possible le méthaniseur : remplacement de pompes, vannes, joints, recirculateurs, remise en état de l’instrumentation, installation d’une nouvelle centrale de détection de gaz, etc… Le 28/06, le méthaniseur est remis en service de façon provisoire. Le 3/07, il est en circuit fermé/mode dégradé car la torchère n’est pas automatisée (vigilance sur la production et le stockage du biogaz). Le 27/07, le méthaniseur est opérationnel avec un fonctionnement en semi-automatique nécessitant la présence d’un agent en journée. Le 31/07, la production de l’usine agroalimentaire reprend. Le 6/08, le méthaniseur est de nouveau opérationnel.