Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine de palettes en bois soumise à déclaration (rubriques 2410, 1532), un feu se déclare vers 8h50 sur un extracteur de poussière lors d’une opération de maintenance. Les flammes montent jusqu’à 5 m de haut. Trente-cinq employés sont évacués. Les pompiers éteignent l’incendie vers 10h50. Ils déblaient et ventilent les lieux. Après l’intervention des secours, les activités du site reprennent grâce à l’installation d’un groupe électrogène de 400 kVA.

Conséquences

Les dommages matériels évoqués dans la presse font état de 100 m² de toiture et de 400 m² de locaux détruits. Les équipements tels que le système d’aspiration, des broyeurs et la chaufferie bois sont également endommagés.

Des travaux par points chauds

L’événement est survenu lors d’une opération de soudage sur un système cyclonique d’aspiration de poussières de bois. Des résidus de soudage sont tombés, 4 m plus bas, sur une gaine caoutchouc d’un moteur. Celle-ci s’est enflammée provoquant une boule de feu qui se propage à travers le système d’échappement et son silencieux déclarant un feu dans une colonne.

Enseignements tirés

L’exploitant réalise un retour d’expérience de ce qui a bien et mal marché, il identifie parmi ce qui a bien marché :

  • l’alerte rapide des secours ;
  • la réactivité d’évacuation des personnels et des visiteurs  ;
  • Le respect des règles de stockage des bois et des palettes en îlots séparés ;

et ce qu’il convient d’améliorer :

  • précision des rôles des équipiers en charge de l’évacuation ;
  • redéfinition des règles d’intervention (permis feu) sur les matériels générant des flux d’air (aspiration, soufflerie).