Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un éclusier constate vers 16 h que la vanne inférieure d’une digue ne s’ouvre pas après la pleine mer. Ce blocage de vanne en passe centrale empêche l’évacuation des eaux de la LIANE. Les services portuaires détectent une avarie sur le vérin de la vanne. Le couvercle supérieur du réducteur en vis sans fin est soulevé. En attendant la remise en état, les eaux de la LIANE sont évacuées par les portes supérieures en mode déversoir en passe Est et centrale.

Un défaut d’alerte flambage a eu lieu la veille à 23h15 mais l’équipe d’astreinte n’a rien constaté d’anormal sur site.

L’équipe mécanique démonte le réducteur et constate la rupture des roulements de l’arbre du réducteur et l’arrachement des vis de son flasque supérieur. Ces dégradations ont été provoquées par une pression excessive sur le réducteur. Deux hypothèses sont émises concernant son origine : rupture mécanique du réducteur ou blocage de la vanne par un embâcle.

Afin d’éviter ce type d’incident, l’exploitant prévoit de :

  • utiliser un lubrifiant possédant de meilleures propriétés mécaniques

  • améliorer l’installation électrique : en cas de détection d’un flambage, une intervention sur site est obligatoire en vue de procéder à un éventuel réarmement

  • améliorer la conception du système de flambage

  • remettre en état les mécanismes de levage des vannes.