Pollution
Humain
Environnement
Economique

Au cours d’une opération de maintenance dans le hub d’une éolienne (nez qui sert de local technique), un opérateur est blessé par la projection d’une partie amovible de l’équipement sur lequel il intervient. L’intervention porte sur l’appoint en azote d’un accumulateur sous pression. Cet accumulateur est un cylindre de 10 L comportant deux compartiments : l’un contient de l’huile reliée au circuit hydraulique des pâles de l’éolienne et l’autre de l’azote sous environ 100 bar de pression. Alors qu’il a terminé l’opération de remplissage du compartiment azote, pour laquelle il a positionné un outillage spécifique sur un raccord de l’accumulateur, le technicien de maintenance dévisse la vanne d’isolement de l’accumulateur, au lieu de l’embout de l’outillage. Une dépressurisation brutale de l’azote se produit, projetant une partie de la vanne au visage de l’opérateur ce qui lui brise le nez et plusieurs dents. L’inhalation du gaz provoque également un décollement de l’œsophage. L’opérateur est aidé par un collègue pour descendre de la nacelle puis hospitalisé. La gendarmerie place l’accumulateur de gaz sous scellé pour expertise.

Le risque que représente le dévissage de cette vanne d’isolement alors que l’accumulateur contient du gaz sous pression a été identifié par le fabriquant. La parade de conception mise en œuvre consiste a réaliser sur la visserie de la vanne une petite perforation destinée à alerter l’opérateur : un sifflement et une formation de glace liée à l’échappement du gaz se produisent 4 tours et demi avant le dévissage total de la vanne et son éventuelle projection.

L’analyse de l’exploitant lui permet de réaliser les constats suivants : le dispositif d’alerte (perforation de la visserie) de l’accumulateur sur lequel s’est produit l’accident était opérationnel cependant la procédure d’intervention ne mentionnait ni l’existence, ni la signification de ce signal d’alerte. L’expertise réalisée sur l’équipement ne fait ressortir aucun constat de dégradation du matériel. Les causes de cet accident semblent donc directement liées des défaillances organisationnelles : la conscience des risques associés aux interventions sur des équipements sous pression, la formation de l’intervenant à sa tâche pression et les procédures opérationnelles n’étaient pas suffisamment robustes.

Suite à cet accident l’exploitant modifie ses procédures de maintenance et renforce la formation des techniciens sur les aspects risques. Pour l’heure, il suspend les opérations de remplissage des accumulateurs dans les hub d’éolienne et fait réaliser cette opération en atelier. Une modification des accumulateurs est également envisagée pour utiliser des modèles avec vanne intégrée.