Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une bouteille d’oxygène d’urgence (cylindre d’O2 n° 4) explose dans la soute à bagages d’un Boeing 747 transportant 365 passagers. L’appareil dont la cabine doit être dépressurisée après une chute de 6 000 m, effectue un atterrissage d’urgence sur l’aéroport de Manille aux Philippines. Aucune victime n’est à déplorer.

En raison des déplacements et remplacements périodiques (entretien / remplissage…), la bouteille fabriquée en février 1996 était dans l’avion depuis le 14/06/08. Ce type d’avion dispose par ailleurs de 12 autres cylindres comparables (diam. ext. 22,8 cm / Long. 75,1 cm / ép. 2,87 mm / P. 128 bar). Selon les enquêteurs qui ne précisent pas si la bouteille s’est désintégrée ou a explosé, le fond du réservoir désolidarisé de la virole et la pression relâchée auraient entrainé la formation d’un trou de 3 m dans le fuselage de l’avion volant à 8 800 m d’altitude, le reste de la bouteille perforant ensuite dans sa trajectoire un plancher (trou de 20 cm dans le sol de la cabine au-dessus de l’emplacement de la bouteille) avant de perdre sa vanne en percutant la paroi intérieure de l’avion et de retomber sur ce même plancher. Plusieurs petits fragments métalliques et une partie de la valve de la bouteille seront effectivement retrouvés dans l’appareil. Aucune trace de combustion n’est relevée près de l’emplacement initial du cylindre ou de ses connexions, ni sur le fuselage de l’appareil.

Cet évènement serait le 1er de ce type recensé dans un avion de ligne. Parmi les premières mesures prises, la compagnie aérienne lance aussitôt un programme de vérification visuelle de ce type de réservoir sous pression dans l’ensemble de sa flotte de Boeing 747. Des investigations complémentaires sont aussi réalisées, notamment sur le réservoir en cause ou tout au moins sur des bouteilles similaires (96 cylindres construits en février 96 selon les mêmes spécifications) : contrôles qualité, fabrication… Plusieurs incidents ayant été relevés dans les appareils de cette compagnie ces dernières semaines, les autorités australiennes concernées effectuent également une enquête spécifique.