Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine de fabrication de feutres textiles pour l’automobile, un début d’incendie se déclare au niveau du local transformateur comportant une unité de transformation de 630 KVA. L’origine de l’incendie est liée à l’action directe ou indirecte de la foudre sur le site ou dans sa proximité au cours de la journée du 5/07/06. Le feu a été entretenu par la combustion de résidus d’huile contenus dans le bac de rétention réglementaire (volume inférieur à 1 L). Le contrôle de la quantité de diélectrique (sans PCB) contenu dans le compartiment du transformateur, effectué par la société sous-traitante montre que celle-ci est conforme au niveau de remplissage. L’examen du transformateur ne montre pas de boursouflures présentes en cas de coup direct de foudre, l’absence de fuite sur ce transformateur est également la preuve du maintien de l’intégrité de cette unité. La présence de fumée sur le mur et les traces à l’arrière du transformateur montrent que l’incendie a eu lieu dans le bac. Ce début d’incendie pourrait donc s’expliquer par la création d’un arc électrique au niveau du bac et la mise à feu des dépôts d’huile (bac potentiellement souillé). L’étude foudre de l’usine précise que le transformateur doit être protégé par des parafoudres. Ceux-ci sont bien présents sur le poteau d’alimentation du site conformément aux recommandations de l’étude. Leur état montre qu’ils n’ont pas subi de destruction. Cependant, cette étude foudre doit être mise à jour tous les 5 ans, or, la dernière étude date du 7/04/98. Il est donc demandé à l’exploitant de mettre à jour cette étude. Sur le plan technique, l’étude foudre recommande de mettre en place d’autres mesures sur les installations suivantes : interconnecter la cheminée de l’incinérateur aux structures, déposer l’ancienne installation de traitement des poussières, interconnecter le récupérateur de poussières avec les masses de la structure et les candélabres extérieurs avec le réseau de terre du bâtiment, mettre en place des parafoudres sur les circuits de commande et de puissance, sur les circuits des sprinklers automatiques, l’aspirateur et la gaine d’air chaud, l’armoire électrique refroidisseur, les lignes téléphoniques et le secondaire transformateur de puissance. Elle recommande enfin d’installer des sondes de température sur le ventilateur de refroidissement et sur le caisson filtre à charbon. L’exploitant doit transmettre à l’inspection des IC dans un délai d’un mois le rapport de vérification démontrant que ces protections ont bien été réalisées. Ce site devant déménager prochainement sur une commune voisine, l’inspection des IC rappelle à l’exploitant que le fonctionnement du site reste soumis aux dispositions générales prévues par le code de l’environnement.