Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans la matinée, un exploitant découvre une fuite sur la canalisation d’eaux industrielles provenant de sa plate-forme industrielle implantée à proximité. Ces eaux sont normalement injectées en structure géologique profonde dite Crétacé 4 000. Une nappe noirâtre, correspondant à 3 ou 4 m³ d’effluents, se répand dans la tranchée sèche d’une nouvelle canalisation devant se substituer à la précédente durant le trimestre suivant. Un fort orage provoque une montée des eaux de la BAÏSE, presque à sec depuis près de 3 semaines, entraînant l’effluent initialement contenu. Plusieurs dizaines de poissons morts sont découverts et des communes prennent des mesures d’interdiction de la pêche, de la baignade et d’irrigation des cultures en attendant les résultats de différents tests sur les daphnies et de germination.

Un arrêté de mesures d’urgence impose à l’exploitant d’excaver les terres polluées, de supprimer le tronçon de pipe percé, de mettre en place des piézomètres pour suivre l’état de la nappe, de mener des analyses en amont et en aval sur la BAÏSE (indice IGBN) et d’assurer un suivi renforcé du pipe actuel avant la mise en service de la nouvelle canalisation.