Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un pêcheur qui observe une irisation sur le canal du RHONE provenant de l’effluent général d’une plate-forme chimique, alerte le Service de la Navigation et l’exploitant à 9h43. Le détecteur du site chimique s’était déclenché 30 min plus tôt et avait alerté les ateliers concernés pour identifier l’origine de la pollution. Vers 11h, 2 canaux de la plate-forme, potentiellement à l’origine de l’incident sont détournés vers le bassin de secours. Les analyses chromatographiques réalisées a posteriori sur l’échantillon moyen journalier du rejet de l’usine montrent un pic inhabituel caractéristique des siloxanes. Ces composés organominéraux insolubles peuvent être à l’origine de vastes irisations, même lorsqu’ils sont rejetés en faible quantité. Les analyses montrent, par ailleurs, un dépassement des normes de rejets en dichlorométhane. L’entreprise envisage de mettre en place une caméra permettant d’observer le rejet à l’origine du déclenchement de l’alarme et d’accélérer ainsi la recherche des causes.