Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un train déraille à 2h56 en gare de Lausanne ; 7 des 50 wagons du convoi de 690 m (1 753 t) se couchent sur la voie, 2 d’entre eux transportant au total 80 000 l d’épichlorhydrine fuient, laissant s’échapper 400 l de produit chimique toxique, volatil et inflammable.

L’alerte est donnée à 3h14, plus de 500 pompiers interviendront pour colmater les brèches, récupérer le produit répandu et ventiler les égouts. Tout le quartier, soit 1 500 personnes, est évacué par mesure de sécurité durant l’intervention des secours. Aucun blessé n’est à déplorer. Dans les 4 jours qui suivent, les citernes d’épichlorhydrine et de chlorure de thionyle sont vidées, les wagons renversés sont relevés, évacués ou remis à leurs destinataires. La population sera à nouveau évacuée durant les opérations dangereuses (relevage…).

L’accident est dû à une erreur d’aiguillage. Le train entre en gare sur la voie n° 3. Lors de son passage sur l’aiguille 76a, côté est de la gare, le 25ème wagon vide à 2 essieux se soulève, retombe à côté des voies et poursuit sa course en roulant sur les traverses, tout en s’appuyant sur le bord du quai. Le train effectue un arrêt de service en gare pour remplacement du mécanicien, mais au redémarrage du convoi, les roues du wagon déraillé restent prisonnières entre le rail et la bordure. A l’extrémité du quai, dans la zone des aiguilles, les 2 wagons qui précèdent le wagon vide et les 11 autres qui le suivent déraillent. Sur 14 wagons, sortis totalement ou partiellement des rails, 5 dont 3 citernes contenant des marchandises dangereuses, se couchent sur les voies. L’une transporte du chlorure de thionyle et les 2 autres de l’épichlohydrine. La première citerne d’épichlohydrine est légèrement percée ce qui provoque un écoulement. Les wagons de matières dangereuses accidentés ont une capacité respective de 47 000 l pour l’épichlohydrine et de 24 000 l pour le chlorure de thionyle.