Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un feu se déclare sur une ligne d’impression dans une usine de plasturgie. Le personnel maîtrise l’incendie avant l’arrivée des pompiers. L’installation est consignée.

Le patinage et l’échauffement d’une courroie seraient à l’origine de l’incendie.

Des incendies se sont déjà produits sur le site en 2018 (ARIA 51109) et en début d’année sur une autre ligne d’impression (ARIA 54312). L’inspection des installations classées demande à l’exploitant de procéder à un audit externe portant sur les conditions d’exploitation de l’ensemble des lignes d’impression, les causes de ces différents incidents et le plan d’actions associé. En effet, des dépôts d’encres et de solvants dans les bacs de rétention, au sol et sur les machines par éclaboussures, sont présents. De plus, certaines visites périodiques sur les machines n’ont pas été réalisées, les contenants d’encre et de solvants restent ouverts durant la production, affectant le zonage ATEX. Les chambres à racle, non étanches sur 2 lignes, génèrent des fuites remplissant les bacs de rétention. Le personnel ne porte pas ses EPI.

Le rapport d’audit réalisé par une entreprise spécialisée conclut à la nécessité de mener le plan d’action suivant :

  • ajustement des conditions d’exploitation des lignes d’impression aux notices d’instruction, notamment sur les fréquences de nettoyage et de maintenance, utilisation de bacs à encre fermés ;
  • mise à jour du zonage ATEX de l’atelier d’impression compte-tenu des modifications réalisées à la suite des différents incendies (remplacement d’une des lignes détruite par une autre ligne de technologie différente, etc.) ;
  • respect des fiches de données de sécurité : bacs à encre fermés, port d’EPI, ventilation des zones contenant les bacs à encre ;
  • remplacement des chambres à racle non étanches par des chambres étanches (évalué à 60 k€ par machine).