Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 14h30, un feu se déclare au niveau du dépoussiéreur d’une grenailleuse dans une entreprise de traitement de surface. La ligne de traitement de surface était en fonctionnement. Un opérateur donne l’alerte, il déclenche immédiatement l’arrêt d’urgence afin de stopper la ligne. L’incendie est éteint en interne grâce à 8 extincteurs à eau. De l’absorbant est épandu. Le personnel est évacué. Les pompiers sont appelés pour écarter le risque de propagation. L’ensemble des granulés absorbants est ramassé.

L’incendie est dû à la génération d’un point chaud dans le cône de dépoussiérage et à la présence de poussières de grenailles inflammables. La sonde thermostatique du dépoussiéreur n’a pas fonctionné car elle avait été mal remontée. Les sondes ne sont pas systématiquement vérifiées. La maintenance préventive des filtres est insuffisante.

Suite à l’incendie , plusieurs actions sont réalisées :

  • recâblage des sondes thermostatiques des dépoussiéreurs et des cyclones et remplacement de certaines ;
  • ajout d’un thermostat au niveau des filtres de dépoussiéreurs, avec une sonde en position basse et une en position haute ;
  • modification du programme pour afficher le message d’anomalie en cas de sonde hors-service ;
  • mise en place d’un report de l’alarme au poste de garde ;
  • réflexion sur le choix d’un matériau moins fragile que l’aluminium pour les cônes de dépoussiéreurs ;
  • mise en place d’un outil adéquat type canne pour fermer l’arrivée d’air comprimé ;
  • la fréquence de changement de filtre du dépoussiéreur est également revue ;
  • les procédures d’urgence et d’évacuation sont modifiées.

L’organisation des situations d’urgence est revue.