Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 15h30, un feu se déclare sur une presse située au 3ème étage d’un atelier de granulation d’une entreprise de produits amylacés. L’alarme incendie concernant le secteur co-produit se déclenche au poste de garde. Des fumées noires en provenance du bâtiment des presses de granulation se dégagent. Les pompiers sont appelés et le POI est déclenché. Deux employés intervenant à l’étage supérieur sont pris en charge par les pompiers pour descendre les escaliers, munis de masques respiratoires. Le feu est circonscrit à 17 h et le POI prend fin à 17h25.

Un dysfonctionnement se produit sur une presse démarrée à 14h52 (désamorçage / chute ampérage) conduisant l’opérateur à redémarrer l’alimentation de la presse à 15h28. Une minute plus tard, une augmentation de la température de l’air sortie filtre du refroidisseur est observée. Les 3 employés présents dans l’atelier sentent une odeur de brûlé et observent des fumées noires. Ils arrêtent les presses et évacuent le bâtiment.

La presse est intacte mais les granulés à l’extérieur des filières sont recouverts de suie. La partie métallique du refroidisseur est endommagée à cause de la chaleur dégagée par la combustion des manches de filtration. Quelques dommages sont également observés sur les périphériques d’une presse voisine.

La chute d’ampérage de la presse liée au désamorçage a provoqué l’arrêt de la vis d’alimentation. La presse tournait à vide depuis 7 min quand l’opérateur a redémarré l’alimentation. Ceci a provoqué l’échauffement de l’ensemble filière + galets à cause de l’absence de compression. D’après l’exploitant, des particules incandescentes ont pu migrer vers le refroidisseur. 

En cas de nouveau dysfonctionnement d’une presse, l’exploitant prévoit :

  • l’arrêt du moteur de la presse désamorcée (ampérage < 150 A) au bout de 10 min au lieu de 30 ;
  • l’interdiction de réalimenter la presse dans le cas d’un désamorçage avant l’arrêt du moteur ;
  • la consignation et l’ouverture de la porte de la presse pour investigation, nettoyage et refroidissement.

Par ailleurs des mesures sont prises concernant le procédé :

  • la matière sèche du co-produit en sortie du sécheur devra se situer entre 89-91 % au lieu de 91-93 % ;
  • de la vapeur sera introduite dans le mélangeur en amont de la presse pour viser une température de 60 °C.

Les presses voisines sont remises en service le jour même avec ces modifications. L’exploitant envisage à plus long terme d’autres actions au niveau équipement et programmation visant à faciliter la granulation et à disposer de moyens accrus pour éteindre un éventuel début d’incendie dans le refroidisseur.

Plusieurs incendies avaient déjà eu lieu sur ce site (ARIA 47955, 45220, 45110 et 43186).