Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une anomalie est relevée concernant les résultats d’analyse en sortie des lagunes pluviales de la station d’épuration (STEP) d’une usine fabriquant des boissons. Cette station comprend 2 cuves pour la collecte séparée des eaux usées et des eaux pluviales. Les eaux collectées sont ensuite stockées dans 2 lagunes différentes, P1 et P2. La lagune des eaux usées P1 alimente un dispositif de traitement avant le rejet des eaux épurées dans la LOIRE. Des analyses sont réalisées régulièrement et en différents points des deux circuits de collecte et de traitement.

Durant 13 jours, les analyses de l’eau de la lagune P1 montrent des niveaux de pollution supérieurs aux seuils définis. Ces dépassements concernent le pH, la demande chimique en oxygène (DCO), la concentration en platine et la concentration en azote. Des pH supérieurs à 10 sont mesurés. Cette contamination n’a pas d’incidence sur le milieu naturel, car les eaux des lagunes subissent un traitement au niveau de la station biologique avant rejet dans le milieu naturel.

La pollution provient des eaux usées produites par les procédés de fabrication. Plusieurs canalisations alimentent la cuve d’eaux usées mais elles ne sont pas directement raccordées à la cuve. Notamment, la canalisation de la tour de neutralisation des vapeurs de peroxyde ne plonge pas dans la cuve. Les rejets basiques (soude diluée) se dispersent dans l’espace situé au-dessus de cette dernière. Ce phénomène se conjugue avec l’usure de la dalle en béton qui sépare cet espace de celui situé au-dessus de la cuve d’eau pluviale. Les joints d’étanchéité de celle-ci se sont dégradés progressivement, entraînant l’écoulement des eaux de rejet basiques dans la cuve puis le réseau d’eaux pluviales jusqu’à la lagune P2. Cette diffusion s’est poursuivie vers P1 lors de l’ouverture de la connexion entre les 2 bassins afin de régulariser les niveaux.

L’exploitant prend dans un premier temps les mesures suivantes :

  • identification des lieux de connexion inadaptés au niveau des différentes canalisations de la STEP ;
  • colmatage provisoire des cuves pour les rendre hermétiques ;
  • prolongation de la sortie du rejet de la tour de neutralisation pour s’assurer de son écoulement dans le réseau.

Le retour à la normale a lieu sur la deuxième quinzaine de mai avec un pH redevenu neutre en sortie des lagunes. Seul le platine reste juste au dessus du seuil réglementaire. En juin tous les paramètres sont enfin stabilisés.