Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 16h30, un feu se déclare sur 1 500 m³ de balles de papier vouées au recyclage situées sur 200 m² en extérieur dans une papeterie soumise à autorisation. L’exploitant déclenche son POI et fait évacuer ses employés. Les pompiers et les salariés de l’usine évitent la propagation du sinistre en s’alimentant sur le réseau d’eau communale. L’incendie est maîtrisé vers 18 h après étalement des déchets et en laissant brûler le stock. A cet effet, la mairie alloue une zone provisoire pour laisser se consumer les balles résiduelles de vieux papiers.

Des sociétés externes prennent en charge l’évacuation des déchets, ainsi que le déblaiement des installations. Les 155 salariés sont en chômage technique pendant 24 h. Les dégâts matériels (perte de 400 t de vieux papiers) sont estimés entre 50 et 70 k€ sans compter la journée d’exploitation perdue. Le transport et le traitement des déchets s’élèvent à 70 k€. Concernant l’impact environnemental de l’accident, les eaux d’extinction sont envoyées dans la VIENNE. L’inspection des installations classées demande à ce titre des analyses dans le cours d’eau.

A la suite de l’événement l’exploitant réalise les actions suivantes :

  • coupure des arbres et de la végétation en bordure du site ;
  • matérialisation au sol de la zone de stockage ;
  • installation de panneaux de signalisation pour interdire l’accès aux zones de stockage et rappeler l’interdiction de fumer ;
  • organisation de rondes de surveillance du stockage avec signature du cahier de ronde par les chefs de faction  ;
  • consultation d’un expert sur les techniques de surveillance en complément des rondes ;
  • fractionnement du stockage.