Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers minuit, le mur d’un bâtiment d’un élevage de porcs, sur caillebotis et pré-fosse profonde, s’effondre sur 20 m de long. Un déversement de 600 m³ de lisier coule le long d’un chemin jusqu’à une buse qui mène, via un ruisseau, à la JAUDY. Des voisins alertent les pompiers. Une centaine de porcs divaguent autour du site, quelques-uns sont morts, d’autres blessés. Au lever du jour, un vétérinaire euthanasie quelques animaux. Les pompiers mettent en place des ballots de paille le long du chemin et à l’entrée de la buse. La route d’accès à l’élevage est fermée à la circulation. Une forte mortalité aquatique, dont certaines espèces protégées, est visible sur 13 km. La station de pompage d’eau potable est arrêtée. La pêche sur la JAUDY est interdite en aval de la pollution et jusqu’à l’embouchure pour raison sanitaire.

Un plan de suivi de la qualité de l’eau est mis en place sur plusieurs jours. Des inspecteurs des installations classées se rendent sur place 2 jours après et constatent :

  • qu’aucun risque de sur-accident n’est envisagé ;
  • qu’un merlon de terre est mis en place à 15 m du bâtiment éventré. 150 à 200 m³ de lisier, mélangés à de la terre, cailloux sont récupérés par raclage puis déposés sur une parcelle enherbée à proximité ;
  • que des cloisons (avec forte suspicion d’amiante) et des déchets stockés à proximité de l’élevage (tôles ondulées de fibro-amiante) ont été emportés dans le lisier. Ce mélange est envoyé dans des filières spécialisées.

La mairie réalise un raclage des rues souillées par le lisier. Le nettoyage de la buse est effectué par hydocurage. Une société spécialisée prend en charge 400 t de déchets récoltés. Pour préserver le milieu naturel, la JAUDY n’est pas nettoyée.

Le bâtiment, construit en 1989, en parpaings et plaques de fibro-amiante, a cédé sous la pression du lisier, alors que les pré-fosses étaient pleines.