Pollution
Humain
Environnement
Economique

A 13h06, lors du redémarrage d’un four de traitement thermique après son arrêt pour maintenance annuelle, un feu se déclare sur le bac de trempe au sel. De la fumée blanche sort du four. Un opérateur donne l’alerte. Les gaz de traitement sont coupés et le four est inerté à l’azote. L’alarme incendie est déclenchée. Le personnel est évacué. A 13h15, l’incendie est maîtrisé en interne à l’aide d’un extincteur à poudre. Les pompiers arrivent à 13h20 et repartent à 14 h après quelques vérifications. Le four est arrêté 15 jours. L’exploitant évacue 12 t de sels de trempe usagés et 500 kg de matériaux métalliques. Le montant des réparations s’élève à 100 k€.

Le sel de trempe utilisé est constitué d’un mélange de 50 % de nitrite de sodium et de 50 % de nitrate de potassium. Utilisé pour ses propriétés thermiques, il est recyclé in-situ avec appoint par du sel neuf. La qualité du bain est suivie par analyses semestrielles. Le volume présent dans le bac de trempe est de 12 t.

Depuis 2015, le site accepte de traiter des pièces très grasses qui apportent des imbrulés qui se fixent dans le moufle. La partie non éliminée par les brûlages de suies chute dans le bac de trempe et génère des carbonates et des insolubles. L’absence de méthodologie de piégeage de ces composés et le non nettoyage du bac de stockage ne permet pas de les éliminer. Par ailleurs, une prise d’air sur le joint entre le moufle et la boîte de giclage provoque la détérioration de l’atmosphère et la création de suies dans le moufle. Les insolubles présents dans le sel bouchent les fentes générant le rideau de sel dans la boîte de giclage. Sans rideau de sel, le four rayonne à température élevée dans la boîte de giclage sur la pellicule de polluants en surface du bain dans le bac de trempe. L’atmosphère du moufle se détériore du fait de remontée de vapeurs. Cette réaction thermochimique intense provoque une découpe nette de la boîte de giclage et une entrée d’air importante dans le moufle qui active le brûlage des suies.

L’analyse des causes conduit à la mise en œuvre des actions suivantes :

  • amélioration des procédures pour mieux gérer le piégeage des carbonates et insolubles et le nettoyage du bac de stockage ;
  • amélioration de l’accès au bac de stockage pour faciliter son nettoyage ;
  • amélioration de la procédure de brûlage des suies dans le moufle du four ;
  • travail avec les clients pour supprimer ou limiter le traitement thermique sur des pièces grasses ;
  • vérifier avec le fournisseur la qualité du sel utilisé ;
  • amélioration des fiches de travaux concernant les vérifications de serrage de la boulonnerie de la boite de giclage et l’état du sel lors du redémarrage d’un équipement après maintenance.

L’accident a mis en évidence l’efficacité de l’inertage à l’azote du four actionné rapidement par les opérateurs et facilité par le faible volume (0,7 m³) du moufle des fours.