Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 14h30, un feu se déclare dans le hall de fabrication d’une usine classée Seveso seuil haut produisant des combustibles solides et liquides de substitution à partir de déchets dangereux. Le départ de feu se situe au niveau du filtre moteur d’une pelle utilisée dans la zone de mélange des déchets pâteux et sciures. Le système de détection de flammes déclenche l’extinction au niveau des fosses de réception de la zone. Les employés présents interviennent pour sortir le pelliste de sa cabine. Ils attaquent le feu à l’aide des extincteurs et RIA. L’exploitant appelle les pompiers et déclenche son POI. Une trentaine de pompiers se rend sur place mais ne déploie pas de moyen incendie après avoir fait des vérifications dans l’ensemble du bâtiment par caméra thermique.

Un employé, blessé lors des opérations d’extinction, est arrêté une dizaine de jours. Aucun dégât n’est relevé au niveau du bâtiment mais une fuite est constatée sur une tuyauterie. L’exploitant mandate un expert pour analyser l’engin à l’origine de l’incendie.

Lors d’une visite réalisée le surlendemain de l’accident, l’inspection constate que la zone de mélange au niveau de laquelle est survenu l’incendie est très fortement empoussiérée. Les poussières représentent une source d’auto-inflammation qui pourrait avoir concouru au déclenchement de l’incendie. Selon l’étude ATEX de l’exploitant, la zone de mélange est un emplacement où une atmosphère explosive sous forme de nuage de poussières combustibles n’est pas susceptible de se présenter en fonctionnement normal, ou alors uniquement pendant une très courte durée. L’inspection demande à l’exploitant de justifier :

  • que le niveau d’empoussièrement de la zone de mélange, et les engins qui y interviennent, sont compatibles avec le zonage ATEX de l’installation
  • que les mesures de maîtrise des risques existantes sont adaptées à un empoussièrement conséquent. Le cas échéant, des mesures complémentaires devront être proposées.
  • la pertinence des moyens de lutte contre l’incendie.

L’extinction a été efficace le jour de l’accident. Les fosses de réception ont été aspergées par un réseau de queues de carpe positionnées au niveau du sol. Mais les fosses de réception des déchets sont parfois remplies à ras bord, ce qui pourrait remettre en cause l’efficacité de l’extinction.