Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine d’emballage en papier, un feu se déclare vers 18 h au niveau de la pompe à solvant d’un encrier. Un opérateur passant à proximité aperçoit les flammes et retire précipitamment une servante d’atelier sur laquelle se trouve 2 bidons de 20 l de vernis non fermés. L’un des bidons tombe au sol, le vernis se déverse et s’enflamme. Un second opérateur percute un extincteur et essaie d’éteindre le feu. Le temps d’aller chercher un autre extincteur plus gros, il comprend que l’incendie n’est plus maîtrisable et évacue les lieux. Au même moment, 2 têtes de sprinklage s’enclenchent et permettent de circonscrire l’incendie vers 19 h.

Un employé est légèrement brûlé au poignet mais aucun arrêt de travail n’est envisagé. L’exploitant estime que 40 l de vernis inflammables ont pris feu, 20 l de l’encrier et 20 l du bidon. Les dégâts matériels s’élèvent à quelques dizaines de milliers d’euros ainsi que les pertes d’exploitation concernant l’arrêt de la machine pendant 2 jours.

Les eaux d’extinction (150 l) sont récupérées avec des kits d’absorbant et stockées avec les déchets de production courante.

Une décharge électrostatique liée à un défaut de mise à la terre de l’encrier serait à l’origine de l’incendie.