Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine qui fabrique des bouchons en liège, un feu se déclare vers 17 h dans une fosse contenant des malaxeurs. Un opérateur donne l’alerte. L’incendie se propage ensuite par les conduites de transport du liège jusqu’à un silo de stockage. Vraisemblablement en raison de la vidange du silo, les conditions d’explosion sont atteintes et une explosion se produit. L’énergie se dissipe par l’intermédiaire d’un manchon souple reliant le silo à un malaxeur créant un deuxième foyer. Les 2 incendies sont très rapidement éteints suite au déclenchement des têtes des sprinklers situées à proximité. Les pompiers interviennent. Ils évacuent le personnel, éteignent les foyers à l’intérieur des équipements : silo, canalisation, malaxeur et assurent la mise en sécurité des installations. Les conséquences de l’accident ne sont que matérielles et conduisent à l’arrêt partiel des productions de l’entreprise.

L’exploitant mandate un cabinet d’expert pour déterminer les causes de l’accident. Les risques d’explosion et d’incendie avaient été identifiés dans l’étude de dangers qui avait été mise à jour en novembre 2007 et dans l’étude ATEX. Les équipements impliqués (malaxeur, silo…) étaient repérés comme à risque d’explosion. Un défaut d’équipotentialité électrique combiné à un nettoyage insuffisant de la zone où s’est produit le 1er départ de feu seraient à l’origine de l’événement.

L’exploitant entreprend ainsi un certain nombre de mesures :

  • intensification le nettoyage des zones de moulage ;
  • maintien en bon état des liaisons équipotentielles ;
  • amélioration du système de gestion d’accident (POI) ;
  • achat de nouveaux matériels ATEX ;
  • formation du personnel aux normes ATEX.