Pollution
Humain
Environnement
Economique

Effectuant un exercice en plein air dans une caserne à une centaine de mètres d’un établissement pyrotechnique, 9 pompiers sont incommodés vers 10 h par les fumées d’un brûlage de déchets d’explosifs rabattues par un vent de 4 m/s. Des analyses sanguines révèlent des taux de monoxyde de carbone (CO) entre 4 et 8 % (à partir de 10 %, les pompiers en intervention sont évacués pour recevoir un traitement en oxygène en caisson hyperbare).

L’opération de brûlage avec un four à bois est interrompue et une réunion de concertation est menée dans l’après-midi en présence de l’inspection pour valider un plan d’action de réduction des nuisances.

L’exploitant interdira les brûlages lorsque les conditions météo sont défavorables, adoptera une convention avec le SDIS pour gérer les activités de brûlages avec celles des pompiers en extérieur, installera des capteurs de CO sur le site et à sa périphérie, et mettra en place un tri à la source pour réduire les volumes de déchets pyrotechniques à traiter sur place. Il étudiera la faisabilité du brûlage des déchets dans son four à gaz aux meilleures performances de combustion.