Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine de fabrication de fibre textile, le surdosage de diisocyanate de 4,4′-méthylènediphényle (MDI) provoque l’emballement d’une réaction et la formation d’un polymère dans un réacteur à partir de 7 h ; 3 t de MDI ont été injectées au lieu d’1 t. L’alimentation du réacteur est stoppée, la température du milieu monte de 120 à 160 °C. Pour limiter l’expansion du milieu dans le réacteur et soutirer le polymère en partie basse, de l’azote est injecté en partie haute. Cependant, le milieu pris en masse ne peut être extrait. Pour faire baisser la température et dégager un volume d’expansion, l’exploitant décide à 13h30 d’ouvrir le trou d’homme en partie haute du réacteur. Une explosion de faible intensité a lieu, provoquant la chute d’un salarié et une brûlure chimique sur le bras d’un autre employé. Les secours transportent les 2 blessés à l’hôpital, établissent un périmètre de sécurité de 50 m et interrompent la circulation. Un 3ème employé est victime d’un malaise.

Le disque de rupture de l’évent a cédé, indiquant une pression supérieure à 4 bar. Le toit du réacteur présente quelques traces liquides de solvant liées à la condensation des vapeurs libérées et s’écoulant au goutte à goutte dans le local. Par précaution, le réseau d’eaux pluviales extérieur est isolé. La température du réacteur baisse vers 18 h, mais le niveau du polymère augmente, parvenant à 15 cm du trou d’homme. Les canalisations d’alimentation du réacteur sont vidangées. A 18h50, la baisse de température se poursuit, mais le polymère déborde de 20 cm au-dessus du trou d’homme. Les pompiers surveillent les lieux. L’inspection des installations classées se rend sur place.