Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un feu se déclare à 4h26 sur la ligne de fond de 8 ” d’une colonne de distillation sous vide d’une raffinerie, à proximité immédiate d’une boîte de confinement ( 2 demi-coquilles en résine) disposée sur le coude suite à une perte de confinement le 30/12/2006 (ARIA 33472). Une fuite sur cette boite avait été détectée la veille à 12 h et de la résine réinjectée. Le niveau de charge des batteries d’un véhicule incendie placé à proximité suite à cette réparation ne permet pas la mise en action du canon mousse. Un fourgon autonome est dépêché sur place pour le suppléer, lui-même relayé à 4h35 par un véhicule dont l’autonomie émulseur est plus importante. Le POI est déclenché à 4h34. L’incendie est éteint à 4h52. Un pompier se blesse légèrement à la cheville lors de l’intervention .

L’ensemble des installations de distillations atmosphériques et sous vide sont arrêtées ainsi que les unités associées. Des torchages importants sont réalisés entre 4h42 et 6h15, mais aucun dépassement des valeurs réglementaires des rejets dans l’eau et l’air n’est constaté. Un riverain se plaint auprès de l’exploitant du bruit et des torches. Après s’être rendue sur place, l’inspection des installations classées propose un arrêté de mesures d’urgence et demande un rapport détaillé à l’exploitant.

Ce dernier identifie l’origine de la fuite au niveau du joint d’étanchéité posé sur la ligne au niveau de la jonction avec la boîte de confinement : les hydrocarbures s’échappant à 310 °C se sont auto-enflammés malgré les modifications des paramètres de conduite de l’unité après la réparation de la veille. L’exploitant remplace provisoirement le coude défectueux par un coude en acier au carbone fixé à la ligne par deux jeux de brides (durée d’utilisation 2 semaines jusqu’à l’arrêt des unités). Le redémarrage de l’unité de distillation est prévu sous 48 h après réparation.