Pollution
Humain
Environnement
Economique

A 12h30, un feu se déclare sur une bride de l’unité de désulfuration de kérosène (KHF) d’une raffinerie. Suite au déclenchement de l’unité de craquage catalytique (FCC) vers 11h40 consécutif à une perte du réseau d’air instrument (ARIA n° 32493), l’arrêt des chaudières associé à la baisse de production de 2 générateurs de vapeur conduisent à une perte du réseau vapeur et par suite à la mise aux slops de toutes les unités de désulfuration. La mise au slop simultanée de plusieurs unités, combinée à un niveau de liquide élevé dans le bac de slop, génère une pression élevée dans le réseau correspondant. Le battement des soupapes qui s’en suit sur la ligne de by-pass aux slops de l’unité de désulfuration de kérosène (KHF) provoque des vibrations et la fuite d’un joint de bride en amont des soupapes. A 12h30, un feu se déclare par auto-ignition au niveau de ce joint fuyard situé à 17 m du sol. Les moyens de secours de l’usine (deux camions, quatre canons mobiles et trois lances monitors) maîtrisent le sinistre en 50 minutes sans avoir recours aux secours externes présents sur le site. Le POI est déclenché de 12h35 à 13h43. Le circuit concerné est isolé et décompressé. Les dégâts matériels sont évalués à 20 kEuros et les pertes d’exploitation à 270 kEuros. L’analyse des causes réalisée par l’exploitant pour les deux évènements fait apparaitre plusieurs anomalies d’ordre organisationnel et humain (passation de consignes, consigne pour délai de mise aux slops), et techniques (“design” des circuits et équipements, fiabilité des dispositifs).