Pollution
Humain
Environnement
Economique

Lors du curage d’un bac de décantation du réseau d’égout de Poissy, 3 égoutiers, âgés de 22 à 44 ans, décèdent, un autre est grièvement blessé très probablement à la suite d’un dégagement d’hydrogène sulfuré (H2S). Deux fois par an, 4 salariés d’une entreprise d’assainissement et de voirie nettoient la fosse de décantation du quartier ” La collégiale “. L’opération consiste à aspirer dans des camions le contenu du bac de décantation de 30 m³ et profond de 5 m pour en extraire les boues et autres déchets. Selon cette société qui est sous contrat depuis 20 ans avec la ville, cet entretien préventif débuté à 9h30 devait garantir un bon écoulement des eaux usées dans les égouts. Vers 10 h, 3 des ouvriers sont intoxiqués de manière foudroyante (selon un membre de l’équipe de secours) alors qu’ils auraient probablement atteint une poche de H2S, gaz très toxique issu de la décomposition des matières organiques. Le quatrième ouvrier, père d’un des employés décédés, âgé de 48 ans, qui se trouve un peu en retrait, est grièvement atteint et transporté à l’hôpital. Dès l’alerte donnée par un passant, près d’une cinquantaine de pompiers accompagnée d’une vingtaine de véhicules se rendent sur les lieux, rejointe par 4 équipes du Samu. Deux enquêtes sont effectuées, l’une judiciaire et l’autre par l’inspection du travail qui devra vérifier si tous les protocoles devant être mis en oeuvre pour ce type d’intervention ont été respectés. La direction de la société indique que les opérateurs en assainissement sont formés aux interventions en atmosphères confinées, qu’ils disposent de contrôleurs d’atmosphère et de masques auto-sauveteurs. Une autopsie est ordonnée par le parquet pour connaître les raisons exactes de la mort des trois ouvriers.