Pollution
Humain
Environnement
Economique

Lors de l’arrêt triennal réglementaire d’une usine chimique, un rejet (mélange eau, boues d’alumine et hydrocarbures) contenant du benzène se produit lors des opérations de vidanges de l’atelier styrène par débordement du décanteur. Ce décanteur, couvert pour éviter les émanations d’hydrocarbures, est formé de 3 compartiments : un bassin décanteur de 60 m³, un 2ème compartiment recueillant les hydrocarbures et un 3ème recueillant l’eau décantée. Lors du débordement, le mélange a été envoyé directement vers la station de traitement des eaux (STE) exploitée par l’usine chimique puis vers la station de traitement final (STF) d’une autre usine chimique.

Les effluents sont restés contenus dans les rétentions des stations de traitement de la plate-forme. Cependant, du fait de la volatilité des hydrocarbures, des teneurs élevées de benzène sont mesurées par le réseau de surveillance de la qualité de l’air (jusqu’à 1 504 µg/m³). Un second épisode de dépassement est constaté le soir du 6/09. Aucune plainte de riverain n’est relevée ; 4,8 t de composés organiques volatils, dont 4,4 t de benzène ont été émises à l’atmosphère.

L’analyse de cet incident montre qu’à la suite d’une demande de l’exploitant de la STE, l’opérateur chargé du décanteur a réduit le débit d’eau vers la STE (de 35 à 15 m³/h) mais sans limiter le débit des purges des équipements vers le décanteur. La présence de boues dans le 2ème compartiment provoque le désamorçage de la pompe de vidange, défaut non signalé aux opérateurs. L’alarme de niveau haut du compartiment est acquittée sans action associée et celle du 3ème compartiment est inactive. Les niveaux montent jusqu’à équilibrage des 3 compartiments et débordement par surverse. Ce sont les alarmes de la STF qui ont déclenché l’alerte. L’exploitant prend les mesures suivantes : arrêt des purges vers le décanteur et forçage du débit d’eau vers la STE, écrémage et récupération des hydrocarbures de la STF, pompage de ceux de la STE et écrémage du 3ème compartiment, déploiement des barrages flottants de la STF puis écrémage et pompage des hydrocarbures du bassin d’orage de la STF retenus par les barrages. A la suite de cet incident, le personnel est sensibilisé sur la prise en compte des alarmes. Les paramètres de l’alarme du 2ème compartiment sont modifiés, une étude des risques de désamorçage des pompes est entreprise, l’alarme du 3ème compartiment est étalonnée.