Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une coupure d’électricité dont la distribution est gérée par un GIE indépendant du site, entraîne le repli automatique des unités de production de sulfure de carbone (CS2), d’acide sulfurique (H2SO4) et de méthylmercaptan (MeSH) d’une usine chimique. La décompression des installations conduit au rejet à l’atmosphère de 700 kg de dioxyde de soufre (SO2) en moins de 15 min (200 kg émis via la torchère de l’atelier MeSH et 550 kg par celles des ateliers H2SO4 et CS2). Compte tenu de la relative stabilité atmosphérique, un nuage de SO2 se forme au-dessus du site. Le POI de l’établissement est déclenché, son personnel se confine ou est évacué et les mairies voisines sont informées de l’accident. Des mesures de SO2 effectuées sur site indiquent des valeurs proches de 0, mais celles réalisées par le réseau de surveillance local de la qualité de l’air, situé aux Roches de Condrieu, montrent un pic de SO2 de 2,5 mg/m³, 30 min après l’accident. La situation est redevenue normale une heure plus tard. Un nouveau poste de distribution électrique et de nouvelles protections avaient été mis en place 2 jours avant l’accident pour créer des départs vers une nouvelle unité de production. Le site était depuis alimenté par 2 liaisons de 20 kV avec un interrupteur de couplage dans le poste de la plate-forme pour équilibrer la charge entre les 2 liaisons. L’accident a pour origine un ‘défaut résistant à la terre’ détecté par la société de distribution d’électricité qui a provoqué la coupure de l’alimentation de la plate-forme chimique par les relais de protection ; les unités alimentées à partir de ce poste seront privées d’énergie durant 11 min. Il sera confirmé plus tard que l’alimentation en 20 kV était protégée à 0,7 A au départ du transformateur électrique en raison de l’alimentation mixte de la plate-forme chimique et d’un réseau aérien desservant des particuliers, la protection interne au site étant quant à elle fixée à 3 A pour éviter les coupures intempestives. L’usine demande à la société de distribution d’électricité de relever son niveau de protection à 3 A ou de le remplacer par une alarme ; l’interrupteur de couplage restera ouvert dans l’attente.