Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une centrale nucléaire, dans la partie non nucléaire de l’installation, une fuite sur une canalisation provoque un jet de vapeur, blessant 5 personnes dont 2 grièvement. En fin d’après-midi, lors d’un essai sur le groupe turbo-alternateur de secours, un joint situé sur l’arrivée vapeur se rompt brutalement. La canalisation est à une pression de 70 bars et à une température de 280°C. Ce groupe sert à l’alimentation de secours d’une pompe assurant l’injection permanente d’eau dans les joints des pompes primaires. Les expertises réalisées mettent en évidence que le joint utilisé ne résistait pas aux conditions de température et de pression de l’essai. La cause de l’accident est imputable à une prise en compte insuffisante du retour d’expérience (accident du même type sur un autre site) et à un manque de précision dans les notices techniques. Une inspection ainsi que l’expertise technique sont conduites par la DRIRE locale. L’accident est classé au niv.1 de l’échelle INES.