Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans un entrepôt de matières premières d’une industrie fabricant des produits chimiques, une série d’explosions entraîne un important incendie s’étendant à un stockage extérieur de fûts. Deux ou trois fûts (2 tonnes) d’un agent réducteur, l’azodiisobutyronitrile (AZDN) stockés à proximité d’une canalisation de vapeur se rompent et le contenu se répand sur des fûts d’agents oxydants (principalement du persulfate de sodium) ce qui initie le sinistre. 33 personnes dont 3 habitants et 30 pompiers/policiers sont conduits à l’hôpital. Les habitants les plus proches sont évacués et environ 2000 sont confinés dans leur maison. Des barrages routiers sont installés aux alentours de l’usine. Les eaux d’incendie ne peuvent être contenues et polluent la CALDER, tuant 10 000 poissons. Les dommages sont estimés à £4.25 millions et l’entreprise devra payer des amendes supplémentaires.

Un dysfonctionnement du système de chauffage ou l’erreur d’un opérateur a entraîné une surchauffe de la canalisation. La chaleur a conduit à la rupture des fûts d’azodiisobutyronitrile. Les investigations menées par le HSE révèle que l’accident constitue un exemple dans lequel un certain nombre d’erreurs, omissions et de défaillances ont provoqué un incendie. Le stockage des matières dangereuse (l’AZDN était stocké dans la même zone que les produits oxydants), le système de management de l’entrepôt, les procédures de sécurité, les dispositifs de détection et d’extinction d’incendie (l’entrepôt n’était pas équipée de détecteur de fumé et de système d’extinction appropriés), les procédures de gestion des urgences (les secours ont été alertés avec un délai de 50 minutes) devront être revus.