Pollution
Humain
Environnement
Economique

The summary of this accident has not yet been translated. In the meantime, please refer to the French summary :

Le système de traitement des gaz se compose d’une zone de traitement hydraulique destinée à abattre les poussières. Le flux de gaz traverse un système venturi composé de 2 buses d’aspersion d’eau. Puis les gaz et fumées passent par un dévésiculeur puis sont envoyés par un ventilateur dans une tour de lavage. Au sein de cette tour, une solution de soude est diffusée par un système de 4 rampes de buses pour abattre les éléments chlorés présents dans les fumées. Celles-ci sont ensuite envoyées dans un second dévésiculeur puis dans un électrofiltre.

Vers 3h10, une explosion se produit dans le système de traitement des gaz et des poussières provenant des fours de maintien de l’aluminium dans une usine métallurgique. L’exploitant fait réaliser une expertise pour déterminer les causes de l’accident. Après l’explosion, le fonctionnement des lignes de production sans traitement de gaz provoque l’émission à l’atmosphère de chlore et de composés chlorés, ainsi que de poussières contenant des particules d’aluminium et de zinc sous différentes formes chimiques.

L’explosion est due à un encrassement des gaines d’aspiration des fours de maintien. Ces poussières métalliques se sont détachées et ont réagi au contact de la soude en pied de colonne en produisant de l’hydrogène. Ces mêmes corps chauds ont apporté l’énergie d’activation nécessaire pour enflammer l’hydrogène. Ces matières sont formées d’aluminium et de zinc sous forme métallique, d’oxyde, d’hydroxyde et de divers sels. Elles réagissent avec l’eau et cette réaction est amplifiée en présence de soude et à température élevée. Le phénomène n’avait pas été détecté dans l’analyse de risque.

Après l’accident, l’exploitant met en place une procédure de tests hebdomadaires pour détecter un encrassement ou un colmatage des gaines d’aspiration. Le programme de l’automatisme est modifié avec notamment l’arrêt du système d’épuration des gaz sur détection de température haute. Un clapet casse vide est mis en place en amont du ventilateur, ainsi qu’une mesure de débit en amont de l’électrofiltre avec un seuil d’alerte. Le local est équipé d’une webcam pour les levées de doute. Une consignation du local pour en interdire l’accès lors du fonctionnement de l’installation est mise en place.