Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans un entrepôt dont le contenu est mal connu, la décomposition auto-entretenue d’un stock de 850 t d’engrais NPK 15-8-22 livré 5 jours plus tôt entraîne la formation d’un nuage dense et jaune de 10 km de long dérivant vers l’Ouest et dans lequel de l’acide nitrique et du chlore sont décelés.

Le plan ORSEC est déclenché ; 200 pompiers, 627 policiers, 489 gendarmes, 356 militaires, 200 secouristes et plus de 1000 fonctionnaires communaux sont mobilisés, 3 remorqueurs sont appelés en renfort ; un large plan d’évacuation concernant 7 communes situées sous le vent de l’entrepôt est engagé. Le sinistre sera maîtrisé après 7 h d’intervention.

Le bilan humain fait état de 3 employés intoxiqués dont 1 devra rester en observation à l’hôpital pour 24 h. Bien que la mesure globale d’évacuation ait concerné une population de 70 000 personnes, les effectifs réellement déplacés pendant 9 h sont évalués à 38 000 personnes. La LOIRE n’est que faiblement polluée compte-tenu de la forte dilution des eaux d’extinction.

De part ses conditions de transport (dans les cales d’un navire ayant précédemment stocké du blé) et ses conditions de stockage (sur un lit de sciure de bois), l’engrais en cause s’est trouvé étroitement mélangé à des matières organiques dont la concentration en certains points a pu être élevée. Par ailleurs, l’installation électrique du site d’une grande vétusté est en cause. La zone de début de combustion est à l’aplomb des câbles électriques qui pendaient sous le système aérien de manutention des substances stockées et dont les extrémités sectionnées étaient probablement ensevelies dans la masse d’engrais. Dans ces conditions, l’ignition s’est probablement produite dans les profondeurs du tas d’engrais, à proximité immédiate de la masse contaminée par la sciure et des conducteurs électriques enfouis. La propagation de l’incendie s’est ensuite faite par décomposition auto-entretenue de l’engrais.

Le sinistre n’aurait par ailleurs pas atteint une telle ampleur si des moyens d’intervention efficaces avaient été mis en oeuvre dès la détection de l’échauffement.

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (471 Ko)