Pollution
Humain
Environnement
Economique

A 20h24, un passant observe un feu de cabine affectant l’un des trois camions-citernes de transport de gaz de pétrole liquéfié (GPL) stationnés dans une entreprise d’entretien d’espaces verts. Le feu se développe rapidement et à 21h06, une 1ère déflagration se produit suivie d’une ou plusieurs autres ; 2 des 3 citernes explosent (BLEVE) et la 3ème est projetée sur le toit d’une usine voisine. Les explosions et les incendies qui suivent provoquent d’importants dégâts matériels dans un rayon de 900 m dont la destruction de 4 entrepôts de 1 000 m² chacun.

Les gendarmes mettent en place un périmètre de sécurité au niveau de la zone industrielle, une autoroute et la ligne ferroviaire Lyon-Ambérieux sont fermées plusieurs heures. Un important nuage de fumée s’élève verticalement mais aucune évacuation de la population riveraine n’est requise.

Cinq entreprises proches sont détruites ou fortement endommagées et au total une vingtaine d’établissements de la zone est atteinte à des degrés divers entraînant la mise en chômage technique de 60 personnes. La chute d’une pièce métallique de 100 kg défonce la toiture d’une maison d’habitation située à 700 m.

Trois pompiers et deux gendarmes sont légèrement blessés ; une vingtaine de pompiers situés à 200 m de l’explosion a des problèmes ORL plus ou moins graves.

Une enquête judiciaire est effectuée pour déterminer l’origine du sinistre, la piste criminelle n’étant pas écartée. Des 3 citernes impliquées, l’une contenait 2,5 t de propane et une autre quelques centaines de kg. La dernière était vide mais non dégazée. Un tiers expert est mandaté pour recueillir des données techniques sur l’accident. Les premiers résultats font état de distances d’effets de 50 m par rayonnement thermique et jusqu’à 400 m (bris de vitres) par surpression. Des morceaux de citerne, projetés jusqu’à 900 m, ont détruit une entreprise située à 100 m des véhicules et incendié une haie à 250 m.

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (179 Ko)