Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans l’unité de stockage et de chargement/déchargement de bitume d’une raffinerie, un bac à toit flottant de 12 m de haut installé depuis 30 ans, d’une capacité de 1 200 m³ et équipé d’un serpentin de réchauffage, se rompt brutalement au niveau de la jonction robe – fondations.

La virole est projetée à 15 m, cassant au passage des supports de canalisations situées à 5 m de haut, puis retombe sur un second bac de bitume ; 550 t de bitume et 120 t d’hydrocarbures à 170 °C utilisés dans le serpentin de réchauffage se répandent sur une surface de 13 000 m². Un incendie se déclare alors dans la cuvette du bac et se propage par effets dominos sur des équipements proches, d’autres stockages et des camions-citernes en cours de chargement.

Les plans d’urgence interne et externe sont déclenchés. Le feu est éteint après 3 h d’intervention des moyens de secours internes et publics.

La rupture du bac serait due à une surpression causée par l’élévation de température de composés hydrocarbonés légers inflammables introduits accidentellement dans le bac durant des opérations de déchargement de l’excès de bitume contenu dans les citernes après leur chargement.

Cet accident fait 1 mort et 3 blessés parmi les chauffeurs présents au poste de chargement. Le panache de fumées, visible de la ville voisine, n’aurait eu qu’un faible impact sur les populations exposées selon l’agence régionale de protection de l’environnement. Du bitume s’est écoulé dans la mer via une canalisation d’évacuation des eaux et a pollué des plages jusqu’à une distance de 8 km. L’explosion et l’incendie ont endommagé de nombreux équipements et structures du site. Les pertes de production sont évaluées à 25 M€ et les coûts de dépollution et de nettoyage à 3 M€.

L’enquête met en exergue des insuffisances organisationnelles (SGS). L’exploitant décide de séparer les aires de stockage des postes de chargement/déchargement et de modifier les procédures de remplissage des citernes.

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (249 Ko)