Pollution
Humain
Environnement
Economique

Peu après minuit, une fuite de gaz extrêmement inflammable se produit dans l’unité de fabrication d’ammoniac d’un complexe chimique fabriquant des engrais azotés. Le gaz, principalement constitué d’hydrogène, s’échappe d’une vanne. Emis à 220 bar et 120°C, il s’enflamme spontanément et forme un jet enflammé dirigé sur la canalisation le transportant. Chauffée par le jet enflammé, la pression augmente dans la canalisation ; elle s’ouvre alors sur 1 m sur sa partie supérieure et libère le gaz qui explose.

L’alerte est donnée et la police active un plan d’urgence ; la circulation est stoppée sur les routes proches de l’usine, les riverains sont invités à se confiner chez eux.

Le reste du gaz brûle au niveau du point de rupture pendant 2 h. Les fuites sont colmatées et l’incendie est maîtrisé à 2h45. Le site est sécurisé.

Le bilan fait état de 2 employés souffrant de contusions et de coupures sans gravité, ils seront soignés sur place. L’activité de l’usine est interrompue pendant l’enquête.

L’accident est dû à une fuite de gaz au niveau du joint d’une vanne (en position ouverte et avec un débit maximal). Il n’y avait aucun joint d’étanchéité entre les 2 parties métalliques en contact. Les surfaces internes en métal de la vanne sont de qualité insuffisante par rapport aux spécifications. La vanne, changée en 2002, n’était pas considérée comme un élément critique de sécurité, bien que le procédé ait été identifié comme pouvant générer un risque majeur. Le choix du sous-traitant lors de la maintenance s’est effectué uniquement sur le prix. Aucun transfert d’information n’a eu lieu entre l’exploitant et le sous-traitant lors de l’opération et aucune réception ne travaux n’a été faite (notamment pas de vérification du boulonnage de la vanne).

L’exploitant revoit ses procédures, améliore la gestion de la maintenance et des sous-traitants (qualifications, information, suivi des opérations…). Il revoit également les conditions d’intervention d’urgence (personnel formé et suffisant, même en période d’activité réduite).

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (1.4 Mo)