Pollution
Humain
Environnement
Economique

Deux fortes explosion se produisent vers 11h50 dans une fabrique de feux d’artifices. le stockage est autorisé pour une dizaine de tonnes d’artifices classés au transport en division 1.3 ou 1.4, dans deux bâtiments à 20 m l’un de l’autre, dont un ancien bunker. L’autre bâtiment, nouvellement construit et mis en service, est entièrement détruit ; il ne subsiste qu’un cratère de 10mx5m et de 2 m de profondeur. Le bunker prend feu et de petites explosions d’artifices se produisent pendant la journée.

Les bâtiments les plus proches, situés de l’autre côté d’une digue, sont très endommagés : toitures enfoncées murs fissurés, vitres brisées etc. Les dommages sont observables jusqu’à 900 m et des vitres sont brisées jusque dans la ville de Culemborg située à 5 km. De nombreux débris et projections (briques, morceaux de béton jusqu’à 20kg, poutrelles métalliques de 2 à 3 m) sont retrouvés dans un rayon de 650m. La force de l’explosion est évaluée à 2 t d’équivalent TNT. Un employé et un visiteur sont tués ; 6 personnes sont blessées. Les dommages sont estimés à 25 M d’euros.

Un nettoyage des cellules de stockage aurait été en cours au moment de l’accident. Il n’y aurait pas eu d’incendie avant les explosions. L’origine du sinistre reste inconnue (cigarette? électricité statique? instabilité produit? présence de poudre au sol réagissant lors du nettoyage? …).

A la suite de cet accident, la recommandation suivante a été formulée par les autorités néerlandaises: « il faut faire appel à des procédures de classement pour les feux d’artifices, non seulement pour les conditions de transport, mais aussi de fabrication, assemblage et stockage. L’application des résultats du classement pour les conditions de transport à d’autres conditions – ce qui est actuellement courant – doit être rejetée. ».

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (263 Ko)