Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un conteneur ou “fût à pression” d’ammoniac (NH3) fuit dans un entrepôt de surgelés en zone artisanale. L’accident a lieu lors du remplacement du condenseur d’une unité de réfrigération en partie vidée la veille avec transfert de 1 500 kg d’NH3 à – 18 °C dans 4 fûts de 930 l (450 kg) loués à un distributeur de produits chimiques par le frigoriste chargé des travaux. Les 3 fûts pleins et un 4ème rempli à 50 % sont ensuite stockés hors de l’entrepôt gardienné de nuit.

Le lendemain à 11h50, l’un d’eux non manipulé entre temps, construit en 1998 et ré-éprouvé en 2003 (PE 49 bar, PS 32,5 bar, – 20 °C < T < + 50 °C) se déchire brutalement. Le POI est déclenché vers 12h15. D'importants moyens humains et matériels interviennent : centaine de pompiers, quarantaine de véhicules, 2 hélicoptères... Un nuage toxique incommode une centaine de personnes sur la ZI (dont 21 employés de l'entrepôt), puis atteint une aire d'autoroute à 200 m des fûts où stationnent plusieurs automobiles ; 52 victimes sont recensées, 28 dont 5 plus atteintes (2 gendarmes, 1 chauffeur dans l'entrepôt et 2 personnes asthmatiques) sont hospitalisées jusqu'au soir. Un périmètre de sécurité de 150 m est mis en place et une rue est bloquée. Des messages lumineux informent les usagers de l'autoroute : aire de repos interdite, fermeture des vitres des véhicules, arrêt des ventilations. Les pompiers en ARI dispersent les émanations d'NH3 avec des lances. Pour maintenir une capacité de rétention suffisante, les eaux de dilution collectées dans un bassin de 300 m³ sont rejetées dans le réseau après un contrôle de pH (8 à 9) ; 550 m3 d'eau seront ainsi utilisés. Les fûts intacts sont transférés dans l'unité de réfrigération. L'aire de repos est réouverte à 21h26 et l'intervention s'achève vers 22 h.

Une expertise note une rupture de l’équipement sous pression (ESP) consécutive à un sur-remplissage dû à une procédure de travail “inadaptée” et préconise une pesée systématique des fûts. Selon l’IIC, la procédure est surtout difficile à mettre en oeuvre : positionnement minutieux du fût “polyvalent” susceptible de contenir gaz liquéfiés ou liquides en fonction de 2 marques peintes sur son flanc selon un angle de 40° pour que le tube plongeur limiteur de remplissage 85 ou 100 % puisse jouer son rôle… Ce réglage est cependant imprécis, l’extrémité du tube étant par construction à une distance variable de la paroi du cylindre. Un mélange de produits (eau / NH3…) dû à cette même polyvalence ne peut aussi être écarté.

Une réduction de 600 kg de la charge d’NH3 (passage au régime de la déclaration) avec remplacement du matériel existant libère un espace suffisant en salle des machines pour stocker les conteneurs de transfert. La construction d’un quai de chargement spécifique facilite la manutention des conteneurs. Le POI est renforcé. Les procédures de remplissage / vidange des réservoirs mobiles sont mieux formalisées.

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (122 Ko)