Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un entrepôt de produits agropharmaceutiques est inondé le 4 décembre à la suite de plusieurs ruptures de digues du RHÔNE, causées par de fortes pluies. Le bâtiment comporte 3 cellules de stockage de 480 m² pouvant contenir chacune 330 t de marchandises sur 7 m (racks 4 ou 5 niveaux). Le sol de chaque cellule est notamment étanche aux eaux d’extinction d’incendie. Malgré la coupure des liaisons électriques et téléphoniques, l’exploitant reste joignable par téléphone mobile. Le niveau de l’eau atteint jusqu’à 90 cm dans les cellules de stockage qui font office de rétention ; l’exploitant fait pomper les eaux ainsi retenues. Les dommages matériels sont estimés à 120 000 euros (réfection des sols et murs, mobiliers, produits phytosanitaires endommagés…). Aucune conséquence notable sur l’environnement n’est constatée ; dès l’annonce de la montée des eaux le 3 décembre, l’exploitant avait remonté les produits les plus sensibles de 3 m. L’inspection des installations classées demande à l’exploitant de : vérifier les installations électriques et tous les équipements importants pour la sécurité, avant toute reprise d’activité ; de mettre en place au niveau du SGS des procédures de mise en sécurité du site pour l’aléa inondation et d’intégrer le scénario inondation au niveau du POI. Par ailleurs, l’exploitant rehausse les installations électriques du niveau d’eau constaté, modifie la gestion des stockages de manière à mettre en hauteur les produits les plus sensibles à l’humidité et, bien que le sol n’ait pas subi de détériorations, réalise l’étanchéité des 3 cellules de stockage par application de résines.

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (646 Ko)