Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine chimique, 2 kg de chlore sont émis à l’atmosphère à partir d’une garde hydraulique contenant initialement de l’acide sulfurique à 98 %. Le POI de l’établissement est déclenché. Alertée par l’exploitant, la SNCF, dont la gare est située à 200 m, retarde un train de 50 min. L’intervention des pompiers par recouvrement avec de la mousse permet de mettre fin à l’alerte 30 min après son déclenchement. L’accident est dû à une entrée d’air imprévue dans le bac de régénération de saumure (provenant des cellules d’électrolyse à mercure) à la suite d’un niveau d’eau insuffisant dans la garde hydraulique le protégeant. Les fluctuations de pression induites ont déclenché l’alarme de pression haute du bac et la mise en sécurité de l’installation. L’évent du bac fut alors automatiquement connecté au réseau Javel, collectant les effluents chlorés résiduels. Une heure après ce premier incident, une montée en pression sur les collecteurs de chlore des cellules d’électrolyses a conduit aux baisses successives de la charge jusqu’à l’arrêt complet de la production. Une importante quantité d’eau chlorée fut ainsi envoyée dans le réseau Javel : le démarrage des ventilateurs dédiés au dégazage rapide des cellules d’électrolyse a provoqué une pointe brutale de débit dans le réseau perturbant également l’évacuation des condensats chlorés dans les collecteurs. Sur ce réseau javel, un pot normalement destiné à recueillir les condensats n’a pu remplir complètement sa fonction du fait de l’encombrement de son piquage par des dépôts d’hydrate de chlore (dû à la condensation). Le surplus de condensats chlorés a été évacué par une garde située dans la salle de dessiccation et contenant de l’acide sulfurique à 98 %. Le mélange exothermique eau / acide a favorisé la vaporisation du chlore résiduel qui s’est diffusé dans l’atelier et ses environs. Pour diminuer la probabilité de renouvellement d’un tel accident, plusieurs mesures sont prises : l’exploitant s’assure de l’alimentation permanente de la garde hydraulique du bac de régénération, le piquage du pot de recueil des condensats et les tuyauteries associées sont nettoyés, le pot contenant l’acide (rendu inutile par une modification antérieure) est supprimé, les procédures d’arrêt sont rappelées au personnel…

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (100 Ko)