Pollution
Humain
Environnement
Economique

Après un premier incident intervenu en septembre 2001, une nouvelle fuite se produit sur un pipe entre un dépôt côtier et le stockage d’une centrale électrique (long :7430 m ; prof. : 2 m), lors d’un transfert de fioul lourd n°2. Le mode opératoire prévoit un rinçage au fioul léger (FOL) sous 10 b, le transfert de FL n°2 à 85°C sous 38 b, le rinçage au FOL à 20 b. Le 09.02, une telle opération est lancée. Le 10.02, un agriculteur constate la présence de fioul dans un champ. Le PSI est aussitôt déclenché, les services de l’état se rendent sur place ainsi que les pompiers. Le champ est légèrement pollué (2 m²). Le pipeline est mis en sécurité par injection d’eau. Le lendemain, une entreprise effectue le décapage des terres polluées (10 m³) qui sont stockées dans la cuvette de rétention de l’un des bacs de fioul lourd de la centrale. Le premier examen visuel de la conduite ne permet pas de déterminer si la cause de la fuite est liée à la canalisation ou à une agression externe. Dans le cadre du suivi du premier incident, la DRIRE avait demandé une analyse approfondie : cette expertise était en cours d’achèvement. La méthode retenue (courants de fuite) avait mis en évidence plusieurs anomalies sur certains tronçons de la canalisation pour lesquels des investigations plus poussées étaient nécessaires et se poursuivent.

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (145 Ko)