Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un incendie se déclare dans une unité d’hydrogénation sous basse pression d’une usine chimique. Les détecteurs incendie de l’unité donnent l’alerte alors que la 1ère phase du procédé (hydrogénation de phénylacétylcarbinol avec de la benzylamine en solution d’alcool isopropylique à l’aide de catalyseur) est en cours. Immédiatement, une explosion retentit. L’employé chargé de la conduite de l’unité actionne l’arrêt d’urgence et tente vainement d’éteindre l’incendie à l’aide d’un extincteur aux halons. Il est grièvement brûlé et décèdera plus tard de ses blessures. Les pompiers internes de l’usine maîtrisent l’incendie 40 min plus tard, après que les arrivées d’hydrogène et de phénylacétylcarbinol qui alimentent l’incendie aient été coupées. Trois pompiers, incommodés par les fumées, sont hospitalisés mais regagnent leur domicile le soir même. Les dégâts matériels sont très lourds (plusieurs millions de marks), l’usine est détruite. Même si l’enquête est rendue difficile par la destruction par les flammes des principaux éléments matériels et de l’absence de témoins directs, le scénario d’accident le plus probable est le suivant : la canalisation d’isopropanol était équipée d’un by-pass présentant une discontinuité acier / verre avec un système de double-vannage pour protéger la partie de canalisation en verre. Or malgré les procédures de conduite le notifiant, la vanne côté acier n’était jamais fermée, provoquant une surpression sur la discontinuité verre / métal de 3,5 bar à chaque démarrage de la pompe. La rupture de dispositif en verre aurait provoqué une fuite d’isopropanol à l’origine de la formation d’une atmosphère explosive, qui se serait enflammée (source d’ignition indéterminée). La soudure de la canalisation d’hydrogène à proximité, soumise à la forte chaleur, aurait cédé provoquant la fuite d’hydrogène et l’explosion. L’incendie aurait par ailleurs provoqué un court-circuit à l’origine de la mise en fonctionnement de la pompe de phénylacétylcarbinol qui alimentera à son tour le sinistre. Lors de la reconstruction de l’usine, diverses modifications sont apportées à l’unité : suppression des conduites en verre lorsque cela est possible, installation d’arrêt d’urgence mettant l’installation en sécurité, installation de verrouillage automatique sur certaines vannes, amélioration de la formation du personnel liée à la sécurité…

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (57 Ko)