Pollution
Humain
Environnement
Economique

A10h15, lors d’une manoeuvre programmée sur le tableau principal de la centrale de production de vapeur d’une raffinerie, une coupure de quelques secondes sur le réseau 220V se produit affectant en cascade le poste de conduite centralisé. Les sécurités des dispositifs de détection de flamme alimentés à partir de ce poste sont activés provoquant l’arrêt des chaudières. Le manque de vapeur impacte l’unité d’hydrodésulfuration des gazoles (HDS) avant d’affecter les autres unités de la plate-forme avec mise en sécurité des installations et envoi à la torchère des gaz présents. De spectaculaires panaches de fumées noires sont émis à la torche pendant plusieurs heures.
L’exploitant prévient l’inspection des installations classées à 11h15, déclenche le POI à 11h30 et met en place une cellule de crise. Les sirènes sont activées pour demander l’évacuation du personnel sur détection d’H2S.
La teneur en H2S mesurée sous le vent de l’unité HDS est comprise entre 1 à 3 ppm à l’intérieur de la raffinerie, alors que les capteurs du réseau de contrôle de la qualité de l’air ne détecteront rien d’anormal. Vers 13h30, la centrale de production de vapeur redémarre et la fin de l’alerte intervient vers 14h30. La situation revient à la normale en fin d’après-midi pour la vapeur et le lendemain pour l’ensemble des installations.
La quantité d’H2S rejetée est évaluée à 100 litres.
L’exploitant publie 2 communiqués de presse à 13h30 et 16h.
Un disjoncteur permettant d’assurer la continuité entre les ensembles batteries/onduleurs et les tableaux lors du basculement retrouvé en position ouverte, est à l’origine de l’incident. Les automates de sécurité, disposant d’alimentation autonome, n’ont pas été impactés permettant la mise en sécurité des installations selon la séquence normale. Sur la partie HDS, du fait de l’absence de vapeur d’eau sous pression au niveau du strippeur et de l’éjecteur, l’ensemble s’est trouvé en surpression et les gardes hydrauliques ont été chassées permettant à l’H2S contenu dans la phase gazeuse de s’échapper vers l’extérieur.
Sur la base des conclusions des analyses de l’incident, l’exploitant met en place plusieurs mesures correctives:
– modification de la conception des alimentations en 220 V avec une procédure de permutation des alimentations prévoyant la vérification de la position du disjoncteur.
– gardes hydrauliques du système de vide de l’unité HDS recalculées et leur conception modifiée – diamètre des évents porté de 2″ à 4″.
Cet évènement témoigne de la nécessité d’identifier préventivement les conséquences des défaillances de l’alimentation électrique sur les différentes fonctions de sécurité, de prévoir l’alimentation des fonctions prioritaires pour la sécurité et de mettre en place les mesures préventives appropriées. Il rappelle également l’importance de tester et d’entretenir régulièrement les systèmes de secours et de prévoir les procédures et les formations des opérateurs susceptibles d’intervenir en situation dégradée.

Télécharger la fiche détaillée au format .pdf (800 Ko)