Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 20 h 23, un rejet à base principalement de chlorure d’éthyle, se produit au niveau de la pompe de refoulement à la base d’un réacteur dans une usine chimique. Un nuage chloré, toxique et corrosif se forme au-dessus de l’installation. Les services d’urgence interne et externe sont alertés. Pendant 1h30, ils tentent d’isoler la fuite pour éviter la prolongation du rejet et prévenir l’extension du nuage. A 22h08, les vapeurs inflammables s’embrasent causant un feu de nappe. L’incendie est maîtrisé vers 1 h du matin mais son extinction ne sera totale que vers 8 h. Trois pompiers et 1 employé de l’usine sont hospitalisés. Douze autres pompiers sont placés en observation. Les usines voisines sont évacuées et les habitants du voisinage sont confinés. La circulation routière est arrêtée.

La fuite s’est produite entre une tuyauterie fixe et l’orifice de déchargement de la pompe de refoulement vers le réacteur. Les enquêteurs du HSE entrevoient deux hypothèses :

  • la bride de sécurité de la pompe a fuit à cause de la corrosion,
  • le flexible de connexion entre la sortie de la pompe de refoulement et la conduite se serait rompu.

Cependant la première hypothèse serait la plus probable. Le tableau de contrôle électrique serait la source d’ignition des vapeurs. Le HSE rend un rapport qui interdit à la compagnie de redémarrer la production de chlorure d’éthyle. Elle doit au préalable identifier les risques majeurs et prendre les précautions appropriées pour limiter les conséquences sur les personnes et l’environnement.