Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une laiterie, des surnageants sont constatés au niveau du clarificateur de la nouvelle station d’épuration (STEP). Un tracteur équipé d’une tonne à lisier est utilisé pour pomper ces derniers. L’aspiration par la tonne entraîne des remous et une partie des surnageants passe par-dessus la lame crénelée du clarificateur pendant une dizaine de minutes. Ces mousses, d’origine organique, se déversent dans le SEVRON. Sur les 100 kg de surnageants rejetés, 80 % le sont durant le pompage. Les 20 % restants, probablement bloqués dans les canalisations en aval du clarificateur, sont rejetés dans les 2 jours qui suivent. Aucune conséquence n’est à déplorer sur la flore ou la faune. Des prélèvements sont réalisés en amont et en aval du point de rejet 2 jours plus tard, ainsi que des mesures de pH (7,7 en amont et 7,6 en aval), montrent que la qualité de l’eau n’a pas été affectée.

Une société spécialisée pompe les surnageants 3 jours plus tard. Le clarificateur est de nouveau propre à partir de ce moment-là. Les 20 m³ de surnageants pompés sont stockés dans un silo à boues sur le site et valorisés lors de la prochaine campagne d’épandage après vérification de leur compatibilité.

Les surnageants sont dus à la présence de bactéries filamenteuses qui perturbent la décantation des boues. L’utilisation d’une tonne à lisier n’est pas adaptée pour le pompage du clarificateur. Il est nécessaire de faire appel à une société spécialisée pour ce type d’opération.

L’exploitant effectue une chloration du bassin pour éliminer ces bactéries. Ce processus est long et le protocole doit être respecté rigoureusement. Les mesures suivantes sont prises :

  • rédaction d’une procédure concernant le départ de mousse du clarificateur ;
  • formation du personnel concernant l’exploitation de la STEP, ses dysfonctionnements possibles et les moyens d’y faire face.