Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 7h50, un feu se déclare à l’intérieur d’un cowper, à l’arrêt pour maintenance (réfection des briques réfractaires du dôme), dans une aciérie. Les travaux consistaient à faire démonter par une entreprise sous-traitance 12 à 15 000 briques réfractaires et à les évacuer. Les pompiers internes du site interviennent pour éteindre l’incendie. L’exploitant maintient une surveillance jusqu’à 11 h.

Lors de travaux, des désordres plus importants que ceux identifiés initialement apparaissent. Il est décidé d’évacuer 60 000 briques au lieu des 15 000 envisagées. Le choix est fait de découper une partie du dôme du cowper afin de pouvoir sortir les briques à l’aide d’une grue. L’incendie débute lors de cette découpe à l’aide d’un chalumeau. Quelques big-bags de chantier s’enflamment à l’intérieur du cowper. L’enquête montre que les matières combustibles étaient mal protégées contre les risques d’incendie. Les bâches ignifugées de protection se sont déplacées sous l’effet du vent. Un permis de feu a été rédigé mais celui-ci, réalisé sans visite de chantier, est incomplet. Aucune protection à prévoir n’est précisée sur ce document. L’exploitant n’a pas pu justifier de la formation de son personnel habilité à rédiger les permis de feu.

Des instructions relatives à l’accès à la zone des cowpers et aux travaux par points chauds sont en cours d’élaboration afin de renforcer la sécurité. Un nouvel événement a lieu au cours de ces travaux une vingtaine de jours plus tard (ARIA 53849).