Pollution
Humain
Environnement
Economique

A 6h45, un feu se déclare sur la conduite, en cours de maintenance, de gaz résiduel provenant du four Combi Claus dans une usine sidérurgique.

Le procédé Combi Claus transforme les buées ammoniaquées issues de la distillation des eaux de process de la cokerie en soufre liquide. Des gaz résiduels contenant de l’azote, de l’eau, du sulfure d’hydrogène, du dioxyde de soufre et de l’ammoniac sont émis et acheminés vers l’unité de traitement des gaz. La conduite de gaz résiduels, calorifugée est maintenue à température supérieure à 120°C afin que le soufre reste en phase liquide. 5 sondes de température de peau et 1 sonde à l’intérieur sont réparties le long de la conduite. Le maintien en température se fait par 18 cordons électriques chauffants. qui se déclenchent si la température passe en dessous d’un seuil.

L’alerte est donnée par une société prestataire intervenant sur la remise en service d’une installation de traitement de gaz à proximité. L’incendie est maîtrisé en interne par injection d’azote dans la canalisation pour appauvrir le gaz et éteindre les flammes, mise en place d’un joint plein, refroidissement. A 12h30, l’incendie est maîtrisé. Les émanations soufrées incommodent 8 employés. L’incinération des produits issus du traitement du gaz génère des rejets de dioxyde de soufre. Le coût de la remise en état est estimé à 750 000 € et plus de 3 mois d’indisponibilité de l’installation. En avril 2018, un accident similaire a eu lieu sur ce site et a détérioré le traçage électrique.

L’incendie est la résultante de dépôts soufrés dans la canalisation qui se sont enflammés en présence d’air. La présence de soufre solide est probablement due à l’absence de traçage électrique pendant 11 mois lors de travaux et au mauvais écoulement des résidus soufrés. La présence d’air dans la canalisation a été générée par des joints de dilatation en mauvais état et une mise en dépression de la canalisation lors de la mise en maintien de température de l’unité de désulfuration des buées ammoniacales. Pour limiter l’impact environnemental lié à l’arrêt de l’installation de traitement des buées ammoniacales, il avait été décidé de redémarrer l’installation sans attendre la remise en service du traçage électrique.

Suite à l’incendie, l’exploitant modifie les instructions d’exploitation de l’installation pour intégrer le défaut de traçage électrique de la canalisation.